Formations du domaine Ergonomie

Niveau III

Aucune formation de niveau III
pour ce domaine

Niveau I

Les formations dispensées par l'Ergonomie du Cnam visent à former des ergonomes " généralistes ", capables de mener un diagnostic et une intervention ergonomiques dans tous les champs de travail (santé, sécurité, formation, conception des systèmes, des dispositifs techniques et organisationnels etc.).

L’ergonomie (ou Human Factors) est la discipline scientifique qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les humains et les autres composantes d’un système, et la profession qui applique principes théoriques, données et méthodes en vue d’optimiser le bien-être des personnes et la performance globale des systèmes.

Définition adoptée par l’Association Internationale d’Ergonomie (IEA)

Découvrez une sélection de métiers du domaine Ergonomie et les formations qui vous permettront d'y accéder :

Designer ergonome

Il conçoit ou améliore l'esthétique (forme, matières, couleurs) et la fonctionnalité de produits (mobilier, objets utilitaires, audiovisuels, ...) selon l'image de l'entreprise, le contexte socioculturel, les contraintes (économiques, de production,...). Il respecte les normes de sécurité, d'environnement et le droit de la propriété industrielle et artistique. Il peut se spécialiser dans le design d'un ou plusieurs produits (ameublement, art de la table, automobile, ...), de services (bornes interactives ...), d'emballages ou effectuer l'identité visuelle du produit ou de l'entreprise. Il peut réaliser la modélisation et les prototypes du produit et participer au suivi de la fabrication du projet. Il peut coordonner une équipe, diriger un service ou une structure.

Pour accéder à ce métier :

Ergonomiste en industrie

Il conçoit et finalise de nouveaux produits ou de nouvelles technologies. Il fait évoluer ceux déjà existants, dans un objectif de développement commercial et d'innovation en milieu industriel. Il définit des moyens, méthodes et techniques de valorisation et de mise en œuvre des résultats de recherche. Il peut superviser et coordonner un projet, une équipe, un service ou un département.

Pour accéder à ce métier :

Consultant ergonome

Il conseille et accompagne les dirigeants de l'entreprise dans l'élaboration de stratégies de transformation, d'adaptation et de conduite du changement. Il conçoit les processus de changements organisationnels et managériaux (humains, technologiques, financiers, informatiques, démarche qualité, sécurité, ...) selon les finalités attendues. Il peut coordonner l'activité d'une équipe ou diriger un service.

Pour accéder à ce métier :

Ergonome

L'ergonome conçoit et améliore des lieux de vie, des objets ou des postes de travail afin de les adapter au maximum aux besoins des utilisateurs, en termes de confort, sécurité et efficacité. Source : Onisep

Pour accéder à ce métier :

Découvrez le marché de l'emploi du domaine Ergonomie en région PACA :

Infos métiers

L’ergonome est un professionnel spécialisé dans la prise en compte des utilisateurs, de l’usage et/ou du travail dans la conception des produits ou des moyens de travail, y compris organisationnels.

Dans différents contextes il/elle contribue à l’amélioration des conditions de travail et d’usage (par la prévention des risques, la conception des environnements de travail, la conception de situations favorisant l’acquisition des compétences et l’autonomie), tout en prenant en compte les différents critères de performance (production, qualité, délais, fiabilité, sécurité, maintenance…) relatifs aux structures et aux activités pour lesquelles il intervient.

Comprendre et transformer les situations sont des éléments essentiels de l’intervention ergonomique. Pour cela, il/elle peut agir dans des cadres variés relatifs à des projets concernant par exemple :

  • la conception de systèmes sociotechniques (organisations), d’espaces (architecture),
  • de produits (outils, machines, interfaces hommes-machines…),
  • la prévention d’atteintes à la santé dans et par le travail,
  • le maintien dans l’emploi, le handicap ou l’insertion professionnelle,
  • la fiabilité des systèmes et des organisations...

La spécificité de la contribution de l’ergonome aux différents projets, qu’ils soient industriels, organisationnels et/ou architecturaux, réside dans sa capacité à rendre compte de l’activité réelle des travailleurs, à décrire ou à anticiper ses conséquences (en termes de santé et de performance), et à traduire ces connaissances en prescriptions et recommandations, scénarios, propositions opérationnelles pour les autres acteurs (responsables de service ou d’entreprise, ingénieurs, architectes, médecins du travail, représentants des salariés…).

L’activité de l’ergonome demande une présence fréquente sur le terrain et des formes d’échanges et de collaboration étroites avec les différents acteurs concernés par l’intervention (opérateurs, encadrement de proximité, direction, CHSCT, médecin du travail, fournisseurs, clients …) mais aussi au sein de la communauté professionnelle et scientifique.

Le marché de l'emploi

Les contextes de professionnalisation sont diversifiés : collectivités territoriales, Ministères, Entreprises, Établissements de soin, sanitaires et sociaux (hôpital, clinique...), Organismes de contrôle et de certification, Sociétés de conseil, Sociétés de services, Institutions de la prévention des risques professionnels (CARSAT, DIRECCTE, MSA, ANACT, ARACT, INRS), Services de santé au travail (autonomes ou interentreprises), Associations d’insertion des personnes handicapées (AGEFIPH, OETH, FIPHFP, SAMETH)…

La plupart des ergonomes sont généralistes - c’est-à-dire qu’ils sont compétents pour intervenir dans tout type de contexte -, cependant certains peuvent être amenés par leur pratique à se spécialiser sur des secteurs d’activité (hôpital, industrie à risque, chaines de production...), ou sur des champs d’intervention : handicap, risques psycho-sociaux, interfaces-hommes machines, conception d’espaces de travail...

En début de carrière, un/une ergonome perçoit un salaire d’environ 2.500 € brut/mois. Cela varie ensuite en fonction de l’expérience du professionnel, de son statut d’emploi (salarié ou libéral notamment) et de son niveau de diplôme (Master ou Doctorat). Cela donne par exemple un salaire annuel brut de 30.414 € (minimum conventionnel) en service de santé au travail.