Formations du domaine Automatisme

Niveau III

Aucune formation de niveau III
pour ce domaine

L'automatique, l’électronique et l’électrotechnique sont regroupées sous le terme «électrotechnologies». Les électrotechnologies sont présentes dans les secteurs de l’efficacité et de l’intelligence énergétique, de l’industrie du futur (Smart Industries), des bâtiments, de la cybersécurité, des objets connectés, de l’automobile, du ferroviaire, de l’aéronautique, des réseaux électriques intelligents (Smart Grids), des énergies renouvelables (EnR), de la ville durable, des datacenters et des technologies médicales. L’ensemble de ces secteurs est en développement constant suite à la révolution des technologies numériques.

Découvrez une sélection de métiers du domaine Automatisme et les formations qui vous permettront d'y accéder :

Cadre opérationnel en automatismes industriels

Le responsable opérationnel en automatismes exerce depuis la modélisation jusqu’à la mise en service de systèmes complexes et leur maintenance en passant par les étapes de simulation, de conception et de réalisation. C’est un métier transverse dans le monde industriel. Derrière cette définition générale du métier se déclinent des fonctions faisant appel à des compétences dans les domaines variés que sont l’instrumentation, l’électricité, la mécanique, l’hydraulique, l’analyse fonctionnelle, les réseaux informatiques. Le responsable opérationnel en automatismes assure les fonctions suivantes : - en recherche et développement (R&D), il participe à l’étude et à la conception de systèmes automatisés, en relation avec l’ingénieur de recherche, - en production, il participe à la maintenance des systèmes automatisés existants et à l’installation de nouveaux systèmes automatisés. De plus, il contribue à la veille technologique permettant le renouvellement des systèmes automatisés de façon à améliorer la productivité de l’entreprise et la qualité de ses produits. - en situation de chargé d’affaire, il participe à la négociation avec le client, en relation avec l’Ingénieur chargé d’affaire et avec la direction.

Source : RNCP

Pour accéder à ce métier :

Chargé d'affaires

Le chargé d'affaires - ou responsable d'affaires - travaille au sein d'une entreprise au suivi d'un portefeuille clients à qui il doit vendre des produits. La relation avec les clients est une composante essentielle de son métier, ceux-ci peuvent être des collectivités locales, des associations, des PME ou des PMI. L'appellation de « chargé d'affaires » est large et englobe toute la profession. En général, celui-ci dispose toutefois d'une spécialisation en cohérence avec les sujets traités.

Source : Le Parisien Etudiant

Pour accéder à ce métier :

Ingénieur contrôle qualité

L'ingénieur qualité est chargé de mettre en œuvre et d'organiser les procédures de suivi et de contrôle qualité au sein d'une unité de production ou d'une entreprise, sur la base d'un cahier des charges (client, normes...)

Source : Apec

Pour accéder à ce métier :

Ingénieur en automatisme industriel

L'ingénieur automaticien est responsable de l’automatisation d’une usine, d’une entreprise, d’un système de tri, etc. En sa qualité de chef de projet, il a la charge de faire des négociations avec les fournisseurs et les prestataires de service. A ce titre, il bénéficie d’une double compétence de gestionnaire et de technicien. Ceci lui permet également d’assurer les fonctions de prescripteur dans son entreprise et dans toutes les sociétés d'ingénierie qui font la sous-traitance des projets qu’il a décidé de réaliser.

Source : kelformation

Pour accéder à ce métier :

Ingénieur robotique

Le rôle premier de l’ingénieur robotique est de créer des robots qui peuvent avoir toutes sortes de vocations. L’ingénieur en robotique a donc des compétences à la fois en mécanique et en électronique. Il travaille généralement dans le secteur industriel. Il côtoie au quotidien des systèmes automatiques complexes, des prototypes… Son rôle est orienté sur l’aspect recherche (hypothèses, test, mécanique… ) dans les systèmes automatiques. De plus, il travaille en collaboration avec d’autres services dans un souci perpétuel d’amélioration de son travail.

Source : kicklox

Pour accéder à ce métier :

Découvrez le marché de l'emploi du domaine Automatisme en région PACA :

Infos métiers

L’AUTOMATIQUE fait partie des sciences de l’ingénieur. Elle a pour fondements théoriques les mathématiques, le traitement du signal et l'informatique. L’automatique permet l’automatisation de tâches par des machines fonctionnant sans intervention humaine. Elle traite de la modélisation, de l’analyse, de la commande et de la régulation des systèmes dynamiques.

L’automatique est omniprésente dans l’industrie automobile, aéronautique, tous les secteurs de la production industrielle et plus largement dans le tissu socio-économique.

Le métier de l’automaticien s’exerce depuis la modélisation jusqu’à la mise en service de systèmes complexes en passant par les étapes de simulation, de conception et de réalisation. Il s’étend bien évidemment jusqu’à la maintenance de ces systèmes.

C’est un métier transverse dans le monde industriel. La rapidité des évolutions techniques est telle que dans ce métier, la veille technologique est permanente. Derrière cette définition générale du métier d’automaticien, se déclinent des fonctions faisant appel à des compétences dans les domaines variés que sont l’instrumentation, l’électricité, la mécanique, l’hydraulique, l’analyse fonctionnelle, les réseaux informatiques.

Le marché de l'emploi

En France, les industries de la mécanique sont un des premiers employeurs industriels, elles comptent environ 31 000 entreprises dont 95 % de TPE et de PME, 610 000 salariés et génèrent un chiffre d’affaires de 114 milliards d’euros par an.

L’automatique et la production constituent des domaines complémentaires à la mécanique. Il s’agit de traiter des problématiques scientifiques et techniques liées à l'étude, au développement, au dimensionnement, à la conception, à la fabrication et à l'industrialisation d'un ensemble mécanique automatisé.

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur fortement industrialisée (le CEA et ITER à Cadarache, la DGA à Toulon, EUROCOPTER à Marignane, les industries pétrolières, les nombreuses sociétés de service, les transports, etc.) sont génératrices d’emplois dans le domaine de l’automatique.